Concertation pour la réforme des rythmes scolaires à Paris

Depuis le 26 janvier, un décret impose une nouvelle organisation de la semaine pour les élèves de maternelles et de l’élémentaire. Désormais, les 24 heures de classe devront s’étaler sur 4 jours et demi, contre 4 jours à l’heure actuelle. Conséquence : davantage de temps libre pour les élèves en fin de journée et un développement des activités périscolaires.

Souhaitant que Paris mette en œuvre une nouvelle organisation des rythmes éducatifs dès 2013, Bertrand Delanoë a initié une vaste campagne de concertation : rencontres avec les représentants des enseignants, les parents d’élèves, les acteurs du secteur de l’animation, réunions publiques, questionnaire sur Paris.fr, la municipalité a mis en œuvre tous les moyens à sa disposition pour que tous soient entendus.

Le temps passant, les contours que pourrait prendre la réforme se sont précisés et un pré-projet a été soumis aux Parisiens. Ces derniers peuvent d’ailleurs se positionner vis-à-vis des options retenues pour réorganiser les temps scolaires grâce à un questionnaire et un forum : www.paris.fr/rythmeseducatifs.

Après une réunion de travail avec les organisations syndicales de la ville, Bertrand Delanoë a annoncé les mesures convenues avec ces dernières à l’occasion de la dernière réunion publique sur la réforme des rythmes éducatifs le 25 février dernier.

Des avancées pour la filière de l’animation, avec ou sans réforme

250 postes seront créés pour déprécariser les personnels de la direction des affaires scolaires, de la direction des affaires culturelles et de la direction de la jeunesse et des sports que la réforme ait lieu en septembre 2013 ou non. De même, 450 agents contractuels seront titularisés dès cette année.

Les moyens si la réforme commence dès septembre 2013

D’autres dispositions seront prises si le Conseil de Paris des 25 et 26 mars vote pour que la réforme s’applique dès la rentrée prochaine :

–          la création de 750 postes additionnels dans le secteur de l’animation dès le budget supplémentaire de juillet 2013 au titre de la déprécarisation ;

–          la suppression du plafond des 910 heures pour les vacations ;

–          le renforcement de deux agents par circonscription des affaires scolaires et de la petite enfance (CASPE) ;

–          la structuration d’une filière d’animation avec un corps de catégorie B pour les directeurs de centres de loisir.

Les moyens financiers prévus pour accompagner cette réforme 

–          5 millions d’euros inscrit au budget 2013 ;

–          6,5 millions d’euros octroyé par l’Etat ;

–          une large participation de la CAF à la prise en charge des missions supplémentaires.

En revanche, Bertrand Delanoë a réaffirmé à plusieurs reprises que cette réforme ne se traduirait pas par une augmentation d’impôts.

Calendrier de la réforme : 2013 ou jamais

A l’occasion de cette réunion publique, Bertrand Delanoë a estimé que si la réforme n’était pas mise en œuvre dès 2013, elle risquait de ne jamais avoir lieu, compte tenu du contexte électoral.

Lire la Newsletter de Février 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s